Automne 2018

DÉCROISSANCE, ART ET TRAVAIL

Le 16 novembre 2018 de 12h45 à 14h
Local J-2350, Pavillon Judith-Jasmin, UQAM

+ Art et travail : opposition, identification, incorporation, démission
Elsa Bourdot termine actuellement son doctorat en études et pratiques des arts à l’UQAM (profil recherche) sur des artistes qui abolissent la distinction entre l’art et le travail. Elle publiera prochainement aux éditions Baghera et chez Antoine Lefebvre éditeur Art Works, une topographie documentaire des pratiques qui articulent l’art et le travail.

+ Un art de la décroissance
Ariane Daoust travaille sur la paresse et pour un art de la décroissance. Elle prépare actuellement une thèse de doctorat sur le sujet à l’Université du Québec à Montréal. Elle organise des expositions et autres événements discursifs sur les conditions de possibilité et de mise en actes d’un art de la décroissance.

///

DÉCOLONISER LES ARTS
Discussion autour de Kanata

Le 30 novembre 2018 de 12h45 à 14h
Local J-2350, Pavillon Judith-Jasmin, UQAM

Invité.e.s

Mélissa Gélinas détient un doctorat en littérature comparée et en études cinématographiques de l’Université du Michigan et une maîtrise en littérature comparée de University College London (Royaume-Uni). Elle est actuellement chercheure postdoctorale du CRSH à l’Université Concordia, au sein de la Mel Hoppenheim School of Cinema. Ses recherches portent sur les enjeux culturels et linguistiques des arts médiatiques en lien avec la résurgence culturelle autochtone au Québec et au Canada. Pour Mélissa, l’enseignement, l’organisation d’événements culturels et académiques, la recherche et la traduction sont autant de moyens de contribuer à la transmission de connaissances émergentes qui impliquent des perspectives autochtones, tout en participant à des initiatives dédiées à l’expression continue et renouvelée des langues, cultures et récits autochtones. Elle a récemment coorganisé le symposium « L’animation autochtone au Québec » (juin 2018) et, dans le cadre du Festival Présence autochtone, la 6 e édition du colloque « Regards autochtones » (août 2018).

André Dudemaine est membre de la Nation Innue de Mashteuiatsh et co-fondateur et directeur de Terres en vues, Société pour la diffusion de la culture autochtone. Depuis maintenant 28 ans, il dirige le festival multidisciplinaire Présence autochtone qui se tient chaque année à Montréal. Au cours des trois dernières décennies, André a contribué de manière exceptionnelle au rayonnement des cultures des peuples autochtones des Amériques. Membre éminent du monde du cinéma autochtone, il siège au conseil d’administration de nombreux organismes culturels et communautaires et multiplie les interventions publiques pour faire en sorte que les arts et la culture des peuples autochtones soient pleinement reconnus. Interlocuteur clef en vue de la cocréation d’évènements donnant une voix aux peuples autochtones, l’importante contribution d’André a été saluée par plusieurs distinctions, dont le prix d’excellence Mishtapew de l’Association d’affaires des Premiers Peuples et le prix Jacques-Couture de l’Assemblée nationale du Québec. En novembre 2017, l’Université de Montréal lui a décerné un doctorat honoris causa.